Une vidéo devenue virale présentant des hommes d’affaires africains expulsés de leur chambre d’hôtel ou de leur maison, par des propriétaires chinois, a ébranlé le continent noir. Les diplomates africains officiant chez le géant asiatique, furieux, ont exigé que l’exécutif chinois règle au plus vite ce problème.

Les conséquences d’une décision de restriction obligatoire des Africains en voyage ou résident à Canton, vaste ville portuaire au nord-est de Hong Kong, a indigné plus d’un. Cette décision fait suite à la volonté du gouvernement de prévenir une nouvelle contamination de la Chine au Coronavirus.

De nombreux gérants d’hôtels et propriétaires de maison ont expulsé leurs clients et locataires pour, parait-il, éviter que ces derniers ne les contaminent au COVID-19. Incroyable !

De nombreux hommes et femmes d’affaires de notre continent ont été jetés dehors et des témoignages publiés sur les réseaux de certains parmi eux font état de ce que certains ont dormi dans les rues ou ont été obligé de ne pas se déplacer de là où ils se trouvaient.



Les autorités chinoises, les obligent à se soumettre à des tests de dépistage de la pneumonie virale. Cette situation de discrimination et de stigmatisation dure depuis une semaine.

Le pic de l’indignation a fait suite à une vidéo publiée sur Facebook, présentant un panneau installé à l’entrée d’un restaurant et sur lequel il est écrit en anglais que toute personne de race noire est interdite de s’y introduire.

Cette situation, a créé une énorme tension diplomatique entre la Chine et de nombreux pays africains. Ces derniers, ont dépêché leurs ambassadeurs, afin qu’ils protestent vigoureusement contre ces mesures indignes infligés à leurs ressortissants. Le 13 avril dernier, une rencontre a réuni une vingtaine d’ambassadeurs de pays africains et un ministre adjoint des Affaires étrangère de Chine.



Tous en fureur, les ambassadeurs ont demandé des explications au représentant du gouvernement chinois et ont exigé la cessation immédiate des tests forcés et les mises en quarantaine pour des personnes sans symptômes et sans contacts avec des porteurs du virus.

À leur suite, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, s’est entretenu directement avec Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, pour trouver une solution rapide à cette situation déplorable.

La démarche des diplomates africains semble avoir porté ses fruits, puisque le même jour, Chen Xiaodong, le diplomate chinois chargé de l’Afrique, a déclaré que Canton allait lever progressivement les restrictions dites de santé pour les ressortissants africains, à l’exception bien sûr des personnes soupçonnées d’être infectées.



Cette attitude de la Chine est surprenante d’autant plus que la deuxième puissance du monde entretient d’excellentes relations avec les pays africains. Les États-Unis, profitant de la déconvenue chinoise a, par la voix du porte-parole de son Département d’État, pointé du doigt l'hypocrisie de la Chine vis-à-vis de l'Afrique.

Peut-être, faudra-t-il que nous, Africains, songions véritablement et une fois pour toute, à nous faire respecter à l’international, parce que nous sommes un peuple digne et hospitalier, mais pour cela, il nous faudra être unis et solidaires entre nous-mêmes. Le bloc des diplomates face à la Chine nous prouve qu'ensemble, nos voix portent plus.

Yannick DJANHOUN
Image

LAISSER VOTRE COMMENTAIRE

PLUS DE NEWS

Presets Color