Le Président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé, ce jeudi 5 mars 2020 à Yamoussoukro, qu’il ne sera pas candidat à la présidentielle d’octobre 2020. Une annonce qui vient mettre fin à ses propres tergiversations sur la question, depuis quelques années.

L’annonce a été faite à l’ouverture du premier congrès du Parlement réuni au grand complet, à la demande du Président Ouattara, dans la capitale administrative et politique ivoirienne. Confirmée aussi par un Tweet. « Je voudrais annoncer solennellement, que j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 et de transférer le pouvoir à une jeune génération », a-t-il écrit

Les choses devraient désormais se préciser pour le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, mis en pôle position au RHDP, le parti présidentiel. Ce dauphin putatif de Ouattara semblait lui-même hésitant à se lancer, sans doute conscient de ses propres limites, en termes surtout de popularité et de capacité à rassembler dans son propre camp.


« Merci Président ! Vous avez fait votre part de job et tous ceux qui vous encourageaient à vous représenter ne cherchaient pas forcément votre bien (contre ce qui était, du reste, écrit noir sur blanc, dans la constitution) ne cherchaient pas forcément votre bien, ils vous poussaient à la faute. Nous attendons désormais qu’Henri Konan Bédié du PDCI et Laurent Gbagbo du FPI en fassent autant. Cette Côte d’Ivoire mérite d’être dirigée par une nouvelle génération, en dehors de ces 3 Grands, qui ont fait leur part de job. Je considère cette annonce comme une victoire de tous ceux qui militent contre un 3è mandat de Ouattara, depuis le début, qui s’y sont engagés et n’ont rien lâché. Dieu incline le coeur des politiques à l’amour de leurs peuples ! », a aussitôt déclaré André Silver Konan, farouche opposant à la candidature des trois grands leaders politiques ivoiriens.

La balle est donc désormais dans le camp des deux autres leaders politiques. Notons que cette annonce intervient dans un contexte difficile pour le pouvoir RHDP, engagé dans des réformes qualifiées d’autocratiques, aussi bien par son opposition, que par le milieu diplomatique. Ouattara a-t-il finalement cédé aux pressions internes et externes ? Tout porte à le croire.


Image

LAISSER VOTRE COMMENTAIRE

PLUS DE NEWS

Presets Color