Polémique autour du dialogue politique : le GP-Paix prend position pour le gouvernement

Polémique autour du dialogue politique : le GP-Paix prend position pour le gouvernement

Alors que l’opposition ivoirienne dénonce une tentative de passage en force du parti au pouvoir au terme du dialogue politique, le Groupement des partenaires politiques pour la paix (GP- Paix) se félicite des avancées obtenues par le gouvernement et lance un appel aux opposants.

Le deuxième round du dialogue politique entre le gouvernement et l’opposition a accouché d’une souris. Entamées le 09 janvier dernier sous la conduite du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, les discussions ont pris fin le lundi 17 février 2020. L’opposition réclame un dialogue direct avec le président de la République, Alassane Ouattara, estimant que le chef du gouvernement a interrompu de façon unilatérale les négociations alors que les deux parties ne sont pas parvenues à trouver un consensus autour de certaines questions cruciales concernant l’élection présidentielle qui aura lieu en octobre prochain.

Une position que ne partage pas le Groupement des partenaires politiques pour la paix (GP- Paix) qui a animé un point de presse, ce lundi 24 février 2020 à Cocody. «Les discussions  ont permis de dégager des points de convergence, notamment sur le relèvement du cautionnement, le parrainage et l’abaissement à 5 % du pourcentage de voix obtenues par un candidat en vue du remboursement de sa caution. Il est apparu également quelques divergences qui ont permis aux participants de faire des recommandations en vue de la bonne tenue des élections», a fait savoir ce groupement de partis politiques, rejoignant ainsi le Premier ministre qui a fait la même déclaration lors de sa conférence de presse du jeudi 20 février 2020.

Pour le GP-Paix, le gouvernement a joué sa partition et il convient à présent que l’opposition s’engage pleinement dans le processus électoral tout en faisant l’économie des discours susceptibles de conduire à une escalade de la violence à 8 mois de la présidentielle. «Le GP-PAIX appelle au sens de responsabilité de chacun des acteurs et les invite à éviter toute radicalisation du discours politique tendant à mettre à mal l’issue des négociations (…) demande particulièrement à la classe politique ivoirienne d’avoir à l’esprit l’intérêt supérieur du pays, afin de demeurer pour toujours dans la paix», préconise cette plateforme politique fondée par Henriette Lagou, actuellement membre de la commission centrale de la Commission électorale indépendante (CEI).

Reste à savoir si l’opposition entendra le GP-Paix de cette oreille, elle qui n’a de cesse d’appeler à une reprise (ou poursuite) du dialogue afin de parvenir à un consensus sur la composition de la composition de la CEI, le code électoral, le découpage électoral, la liste électorale et la gratuité de la carte nationale d’identité.

Polémique autour du dialogue politique : le GP-Paix prend position pour le gouvernement
Polémique autour du dialogue politique : le GP-Paix prend position pour le gouvernement

Commentaire

ARTICLES DE LA MEME CATEGORIE